banniere A7Art

Présentation de Jean Van Herzeele

Jean Van Herzeele, né en 1929 est décédé en 2020 était un important collectionneur de films en support argentique retraité dans la Nièvre, depuis 1987.

Par sa passion, il est à l'origine de l'initiative de son petit-neveu et filleul, Frédéric Rolland, de créer l'Atelier du 7ème Art. A la création de la structre, Jean Van Herzeele était donc son président naturel puisqu'il l'hébergeait dans le village de Dornecy dans la Nièvre.

Frédéric Rolland (voir la page) prit, petit à petit, la relève de sa collection en faisant, dès 1987, l'inventaire des films, puis des acquisitions à partir de 1999 en multiplant par trois son volume inital.

Biographie

Jeannot, le conteur, l’ami tendre et rieur, le cuisinier, le collectionneur de films et l’adjoint au maire de Dornecy, n'est plus depuis mai 2020. Il est cependant impressionnant de voir à quel point il a marqué ceux qui l’ont côtoyé même parfois brièvement. En quelques minutes, sa gentillesse, ses qualités humaines et ses talents de conteurs en faisait quelqu'un dont la compagnie était très recherchée.

Parmis les mille et une facette du personnage qui n’avait que des amis et dégageait une bienveillance sincère, il y avait certes le cinéma mais, avant celà, il y eu aussi la cuisine.

Après de nombreuses aventures sous les bombardements à Versaille en 1940s, un passage aux orphelins d'auteuil pour apprendre son métier puis, peu après la Libération, c’est le début de sa carrière professionnelle dans les plus grands restaurants de Versailles au restaurant de la Tour au Champ de Mars. Dans les années 1954-1960, il gère puis possède un hôtel restaurant et vers 1967, il fait l’acquisition du café restaurant de la rue Tiphaine dans le 15ème arrondissement, un lieu très vivant où il aménage une salle de cinéma au sous-sol dont peuvent bénéficier ses amis.

Au milieu des années 1970, il achète la maison de Dornecy, en Bourgogne, devient adjoint au maire du village où il prendra sa retraite en 1987 en amenant avec lui, ce qui est très original, non seulement une bonne part de sa famille et mais aussi quelques clients du restaurant.


En ce qui concerne le cinéma, sa grande passion avec la cuisine, c'est suite à un gain à la loterie nationale en 1942 que son père achète un premier projecteur Pathé baby 9,5mm et que Jeannot, commence à projeter. En 1948, il fait l'acquisition de son premier projecteur personnel et de premières copies en 16 mm, mais n'en acquiert en quantité qu'à partir de 1959 (elles sont toujours aujourd'hui le coeur de la collection) grâce au marchand de films parisien Georges Gayout qui était un client régulier du restaurant.
Finalement, il s'équipe dans les années 1970 de deux projecteurs 35 mm "National" avant son installation définitive en Bourgogne en 1987.

Sa collection privée est constituée de centaines de films de toutes durées, de presque tous les formats (16 mm, 35 mm et quelques 9,5 mm) ainsi que quelques projecteurs. Outre le volet, aujourd'hui oublié, de l'accès aux films avant la vidéo, il gardait une petite part du patrimoine cinématographique pour le plaisir du contact avec le support cinéma (photochimique).

Il a ainsi accumulé des films comme on allait à l'époque au cinéma, pas forcément pour voir "un" film en particulier mais "pour se faire une toile", sa collection est donc dans une logique de lots constitués "le tout venant".

Il croise alors nombre de célébrités, dont des acteurs comme Burt Lancaster, Michael Lonsdale mais aussi des réalisateurs comme Claude Zidi. Tous sont attirés par la cusiosité de ce restaurant cinémathèque si particlier.

En 1979, le cinéaste Maurice Pialat choisit son restaurant comme lieu de tournage de plusieurs scènes de son film Loulou, où Jeannot tient un petit rôle donnant la réplique à Gérard Depardieu, ce dont il était très fier.

Il s’équipe en 35mm puis, dans les années 1980, il organise à Dornecy quelques projections d’été pour les jeunes du village qui auront lieu jusqu’au début des années 1990, et qui laisseront des souvenirs impérissables à nombre d’entre eux.

Dans les thématiques se sont le plus développées parfois un peu par hasard comme le cinéma fantastique.

A partir des années 1993, après des dons du cinéma Le Brady, sa collection se stabilise avant que son petit neveu ne à la développer à partir de 1999. Au même moment, il développe ses relations avec des ciné-clubs locaux comme Avallon, Tonnerre, Auxerre, etc.

Il nous reste des tas de souvenirs et, en ce sens, il ne fait aucun doute qu’il va rester vivant dans la mémoire de ses nombreux proches. il a d'ailleurs été l'objet de plusieurs reportages depuis l'émission Les Amoureux du Cinéma début 1987 jusqu'au documentaire de Frédéric Rolland, Les amoureux de la pellicule en 2018. Entre temps, de nombreux témoignages à la radio ou en vidéo.

Ci dessous, le lien vers un direct de France 3 Bourgogne Franche-Comté pour l'émission "Ça manque pas d'air" présenté par Jean François Lapchine avec Jean Van Herzeeele et Frédéric Rolland, le 25 octobre 2010 (durée 10 minutes).

http://bourgogne-franche-comte.france3.fr/evenement/cmpda/

Il a impulsé ce qui est aujourd’hui une cinémathèque très significative et a influé sur de nombreuses vies dont Frédéric Rolland qui reprend la collection mais en a aussi fait sa profession.

Depuis 1999, sa très belle salle est aussi équipée en vidéo-projection avec un ensemble DVD idoine qui, bien que n'ayant pas le charme du cinématographe, permettent de voir dans de très bonnes conditions des titres qu'il est aujourd'hui impossible d'obtenir en support film et une collection significative d'environ 2000 vidéogrammes.

En avril 2010, nous avons fait l'acquisition d'un équipement Haute Définition qui clairement pose la question de la collection de films sous un angle un peu différent qu'auparavant pour de nombreux collectionneurs. Cependant, le support argentique restait le favori dans son cœur même si les séances sont plus longues à préparer (surtout en 35 mm) qu'en appuyant sur quelques boutons avec un vidéo-projecteur. Au même moment, Jeannot,faisait d'ailleurs l'acquisition d'un dernier projecteur 35 mm portable avec une lampe de 750 w au Xénon.

Au fil du temps, sa belle maison au bord d'un lavoir est devenue un petit musée du cinéma souvent visité réfgulièrement par l'école du village mais surtout par de nombreuses associations de la région et Jeannot est devenu une célébrité locale. Il était en relation avec des membres des associations culturelles cinéphiliques de la région comme le Ciné-club d'Avallon, de Tonnerre, d'Auxerre, etc.

A partir de 2016, ses difficultés de santé mettent fin à ses activités et le relais complétement passé à son petit-neveu.

Jeannot pouvait aider en équipements des ciné-clubs (via son projecteur portable 16 mm à grande capacité) ou, par exemple, faire une fois par an, une projection en plein air comme un ciné-concert avec des films muets tombés dans le domaine public.

A chaque moment dans sa maison on pense à lui car "collectionner" c'est aussi transmettre !

 

Frédéric ROLLAND